header

Choses à savoir sur la fabrication des produits bio

En Bourgogne, le bio concerne quasiment tous les produits de table, allant des fruits et légumes, en passant par les œufs, escargots, les vins, les produits de la ruche ainsi que les viandes de toute sorte. L’engouement est tel que de nouveaux fermiers, magasins spécialisés ou boutiques en ligne apparaissent de plus en plus. Mais le bio, c’est quoi exactement ?

gelee royale

Pas d’engrais pour les plantes ?

Pas exactement. Faire de la culture bio ne signifie pas que les engrais sont bannis. Cela signifie juste que les engrais ne doivent pas avoir été fabriqués artificiellement avec des produits chimiques. Il est important de le préciser parce que beaucoup de gens ignorent que dans la nature, tout est chimie. Les producteurs utiliseront à la place des engrais naturels comme les excréments d’animaux de ferme ou de chauve-souris, les peaux de bananes, les coquilles ou poudre d’os, les sciures ou cendres de bois… Il existe également des engrais minéraux naturels comme la potasse ou le phosphate.

dermidial

Comment se passe la production ?

Pour les animaux, l’élevage est très règlementé, surtout en ce qui concerne leurs nourritures. En aucune façon, il ne doit y avoir des produits chimiques ou des produits issus d’OGM. En gros, les animaux élevés en mode bio doivent être nourris avec des produits bios également. Pour les plantes, l’entretien se fait également de la même manière. Les insecticides et pesticides chimiques artificiels sont interdits. Le désherbage se fait généralement de manière naturelle ou mécanique. Pour éloigner certains insectes, les producteurs utilisent par exemple des plantes qui vont servir de répulsifs.

fortilevure puissances

Pourquoi le bio est-il si cher ?

Pour les raisons citées précédemment, il est donc facile de comprendre pourquoi les produits bios coutent nettement plus cher. Il y a plus de travail à faire et le rendement est assez aléatoire, surtout que le domaine est encore dans ses balbutiements. Il y a encore beaucoup de choses à connaitre et à maitriser pour maximiser le rendement. A titre d’indication, dans le monde entier, le bio ne représente pour l’instant qu’environ 50 millions d’hectares, soit à peu près 2% des surfaces cultivées au monde. Les producteurs ont donc plus de possibilités en termes de prix et de plus-value surtout que la consommation annuelle augmente à hauteur de 10% par exemple en France. Il y a aussi les labels et les certificats qui sont certes difficiles à obtenir, mais garantissent la qualité du produit, de quoi faire augmenter le prix un peu plus.